2016, folle année pour Devialet et Sigfox

A quelques jours de la fin de 2016, c’est l’heure des bilans et deux entreprises de la French Tech peuvent avoir le sourire : Devialet et Sigfox. En effet, elles sont en tête des plus grosses levées de fonds en France avec respectivement 100 millions et 150 millions d’euros.

Devialet réussit une levée de fond de luxe

devialet

C’est une levée de fonds de prestige pour le fabricant d’enceintes de luxe français. Devialet a annoncé un tour de table de 100 millions d’euros auprès d’un consortium d’investisseurs triés sur le volet : le constructeur Renault, le japonais Sharp, le taïwanais Foxconn (assembleur de l’iPhone d’Apple) et le fonds Korelya de l’ex-ministre Fleur Pellerin en partenariat avec les groupes de l’Internet coréens Naver et Line, aux côtés de la société du rappeur et businessman Jay-Z (M. Beyoncé), Roc Nation.

Au-delà des enceintes de luxe, Devialet veut devenir la référence du son dans l’auto, la télé et les objets connectés. L’entreprise française avait déjà séduit des investisseurs de luxe, Xavier Niel, Jacques-Antoine Grangon, Marc Simoncini, ainsi que Bernard Arnault, qui avaient participé à ses trois levées de fonds précédentes – 40 millions d’euros au total.

Une levée de fonds à 150 millions pour Sigfox, la start-up toulousaine

devialet

Cette opération est la deuxième plus grosse levée de fonds d’une start-up tricolore. Seul Blablacar a fait mieux l’an dernier avec un tour de table de 200 millions de dollars

Ont participé à ce tour de table des investisseurs déjà présents au capital tels que Bpifrance, Elliott, Intel Capital, Air Liquide, Idinvest Partners et IXO. Parmi les nouveaux venus, on retrouve Salesforce, Total, Henri Seydoux, Alto Invest, Swen CP et Tamer Group. “Intel Capital, Idinvest Partners et IXO PE, qui sont des actionnaires historiques de Sigfox, ont activement participé à ce tour de table”, a précisé la start-up sur son site.

Spécialisée dans les réseaux sans fil à bas coûts et à faible consommation énergétique pour connecter les objets entre eux (compteurs d’électricité, montres connectées…), la jeune pousse assure que plus de 10 millions d’objets sont enregistrés sur son réseau qui couvre 26 pays pour l’heure. La start-up possède des bureaux à Paris, Madrid, Munich, Boston, San Francisco, Dubaï et Singapour.

X