Mon voyage linguistique au Japon (Lilian Pangaud)

Webstart - Japon
(septembre 2018) 私の日本人への旅 (9月2018年)

Tout a commencé en 2010, lorsque l’on m’a offert ce premier tome du célèbre manga « One Piece ». Je l’ai lu en une demi-heure top chrono, et j’ai accroché. J’ai ensuite acheté chacun de ces tomes, les uns après les autres en attendant leur sortie durant des semaines.

Aujourd’hui la publication continue et tous les tomes sont là dans une armoire, le manga « Fairy Tail » a rejoint la collection, et a vu sa fin surgir plus rapidement que ce géant. Vous commencez à savoir où je veux en venir non ? Oui, les mangas ont été le début d’un long périple vers ma passion qu’est aujourd’hui le Japon.

Nous sommes en fin d’année scolaire 2018, une deuxième année après le Baccalauréat que je ne valide pas et où je ne me retrouve pas. Malgré ma passion pour le Japon, je n’ai pas réussi à me cramponner aux cours de la fac. Mes parents m’étant d’une grande aide, ils me présentent une école Franco-Japonaise à Tokyo. J’adore l’idée mais partir tout seul me fait peur, malgré tout, je m’inscris.

C’est pour ce jour là que j’ai fait toutes ces démarches, le 1er septembre 2018 à l’aéroport de Lyon Saint- Exupéry. Je prends l’avion, le voyage entier dure environ 15 heures et j’arrive à l’aéroport d’Haneda, une professeur de l’école m’y attend et m’amène à l’école, en plein cœur de Tokyo. J’y retrouve ma famille d’accueil, les Hashimoto (橋本) famille composée de deux personnes âgées de 80 ans. Ils sont en pleine forme, adorable mais au début un petit problème pointe le bout de son nez : la communication. En effet, je n’avais que de légères bases en Japonais et eux ne parlait Anglais qu’avec des mots par-ci par là. Leur maison se situe dans un quartier résidentiel et se compose de deux étages. (voir image ci-dessous)

La famille d’accueil ホストファミリー

Ce couple Hashimoto vit donc dans le quartier de Setagaya, un quartier résidentiel. Dans cette maison, j’avais ma propre chambre au deuxième étage, le confort! Tous les jours, je mangeais mon petit déjeuner avant de partir en cours et le soir le diné avec eux.

Les cours de japonais 日本語教室

Durant ce mois à Tokyo, j’ai suivi des cours de langue 5 jours sur 7. Pour chaque cours, nous n’étions que deux, donc l’apprentissage était rapide et efficace. Ces cours avaient lieu au cinquième étage d’un grand immeuble en plein cœur du quartier d’Harajuku (原宿). Dans ces locaux, il y avait non seulement une école, mais aussi un Restaurant/Bar français, dans lequel je mangeais très souvent les midis.

Tous les jours, je partais donc de la maison des Hashimoto. Après dix minutes de marche, me voilà à la station de métro Komazawa-Daigaku, après un bon quart d’heure de métro, j’arrive à Shibuya et marche encore dix petites minutes afin d’arriver à l’école.

Les cours duraient 4 heures, de 9h à 13h dont 2h45 de grammaire et après une petite pause, 1h de pratique oral. Tout le personnel est adorable.

Les meilleures découvertes

1. Shibuya Crossing (渋谷交差点)

Ce carrefour comporte le plus grand passage piéton du monde, pendant les heures de pointes ce sont jusqu’à 3000 personnes qui traversent en même temps. Non loin, on peut aussi trouver la statue du chien Hachikō (ハチ公) , qui a inspiré le film Hachi sorti en 2008 au cinéma.

2. PokémonCenter (ポケモンセンター)

Il y en a plusieurs dans Tokyo, ce sont des magasins remplis de goodies faisant référence à Pokémon, allant des peluches aux jeux vidéos et du porte-clefs aux vêtements à leur effigie. Un bonheur pour les passionnés !

3. Akihabara (秋葉原)

Ce quartier est un monde parallèle, il y a des centaines de magasins à la ronde, mais ce qui fait sa spécificité, c’est que ce ne sont pas des magasins de mode, de nourriture, ou de grandes surfaces…
Ce sont des magasins high-tech, de mangas, de jeux vidéos, de jeux de rôles tout ça dans un univers geek voire même « otaku » (お宅) qui laisse les passionnés dans un coin de paradis sans fin.

4. Kamakura (鎌倉)

Kamakura est une ville située à environ une heure de train au sud de Tokyo. Cette ville est remplie de temples, et possède le Daibutsu (大仏) qui est une statue en bronze représentant Bouddha, mesurant plus de 13 mètres de hauteur.

Lors de ma balade, un homme m’interpelle et me demande de le suivre, je me demande où il m’amène. Quelques mètres plus loin dans une petite rue, derrière des maisons, un temple bouddhiste très moderne, plutôt original.
Il me demande donc d’entrer pour visiter le temple et une fois à l’intérieur je vois une dame et un moine bouddhiste. Après avoir fait connaissance, ils m’apprennent leur prière que je fais avec eux, leur mode de vie, leur façon de penser. Ils m’ont aussi offert beaucoup de cadeaux (livret de prière, biscuits, origami, tissus, bijoux religieux…). Tout cela a duré environ 30 minutes mais hors du temps. Ce fut un moment très étrange au premier abord puis unique, une expérience sociale et religieuse insolite.

5. Quartier Gion à Kyoto (祇園)

J’ai passé un week-end à Kyoto, j’y ai dormi une nuit dans une chambre typique, dans ces chambres là, pas besoin de réveil car nous sommes vite réveillé par la lumière du soleil que ces fenêtres n’empêchent aucunement de passer. Et sur un matelas à même le sol (futon), notre corps est mis à rude épreuve ! Ce quartier de Gion, typique, tout droit sorti des films du Japon ancien, les maisons en bois donnent un sérieux charme au lieu. Avec beaucoup de chance, il est encore possible de croiser des Geisha (芸者)

La chasse aux clichés

Pour cette section, il faut savoir que je suis fan de Your Name (君の名は), un film d’animation de Makoto Shinkai sorti en 2016 et qui a explosé tous les scores des films d’animation au box-office. J’ai donc fait un « pèlerinage » des endroits qui ont-été repris de Shinjuku (arrondissement de Tokyo) pour le film.

Conclusion

Ce voyage a été pour moi d’une grande richesse culturelle, ce pays, ses paysages et ses habitants (leur façon de vivre, leurs mœurs) sont totalement différents de tout ce que j’avais pu voir jusqu’ici. De partir tout seul, j’en suis ressorti plus autonome, grandi et avec une bien meilleure maîtrise en japonais ! C’était clairement un des meilleurs mois de ma vie, et comme un mois est très difficile à synthétiser et que je ne vous ai pas parlé de tout, je vous laisse avec quelques photos.

Merci de m’avoir lu, et à bientôt pour un autre article! (ありがとうございます。じゃあね!)

Un article écrit et mit en page par Pangaud Lilian, étudiant en Community Management à Webstart Paris.

Photographies et montages : Pangaud Lilian.

X